Conseils d'entretien

En construction...

L'âme

Il existe toute sorte de réglages possibles pour dynamiser ou au contraire assouplir un instrument. La position de l'âme et son ajustage, son diamètre présentent une importance capitale dans la transmission du son. L'âme est toujours en épicéa, de préférence avec du bois de fil. La qualité de l'ajustage de l'âme va être déterminante pour le son de votre instrument.

 

A l'inverse, une âme mal ajustée voir forcée à l'intérieur de votre instrument présente un risque et peut entrainer de graves dégâts. La cassure d'âme diminue considérablement l'émission du son et nécessite une réparation importante.

 

L'idéal restant de contrôler la bonne position de l'âme lors d'un entretien.

Le chevalet

Le chevalet est une pièce maitresse pour la transmission du son et pour la jouabilité. Cette pièce est parfaitement adaptée à un instrument. Il n'est pas interchangeable d'un violon à l'autre.

 

Sa position, son ajustage et sa façon sont propres à chaque instrument. Par le biais du chevalet, certains défauts (comme le renversement, l'inclinaison du manche, l'état de la touche, le diapason) peuvent être compensés. Il est également possible de faire varier le confort de jeu, hauteur de cordes, espacement et passage d'une corde à l'autre, tension de l'instrument. Ces réglages sont optimisés suivant les gouts et le niveau de jeu du musicien.

 

Pensez à contrôler de temps en temps la position du chevalet surtout lors des changements de cordes. Celui-ci doit être perpendiculaire à la voute de table pour éviter toute mauvaise surprise.

La mèche de l'archet

La mèche de l'archet se change en moyenne une fois par an.

 

La baguette et la hausse de l'archet sont alors nettoyées. Les luthiers privilégient un crin non traité, de qualité provenant principalement de Mongolie. Le crin provient de la queue du cheval.

 

L'archet constitue la voix de l'instrument et son entretien est essentiel. Nettoyer la mèche avec de l'alcool n'élimine pas l'usure naturelle du crin. Pensez à faire changer le crin lorsque celui-ci n'adhère plus convenablement.

Les cordes

Les cordes se changent en moyenne une fois par an. Il vaut mieux les changer ensemble afin d'éviter des disparités entre des cordes neuves et des cordes usées. Cela rend l'équilibre difficile a trouver.

C'est la corde qui fait le son sur un instrument. Simplement changer les cordes peut améliorer grandement l'émission de votre instrument.

Boyaux, nylon, acier, or, filés, non filés. Il existe une quantité de marques et de qualités de cordes importante. Consultez les avis des musiciens et des luthiers pour définir quel type de cordes serait le mieux adapté à votre jeu.

Les chevilles

Les chevilles sont à contrôler de temps en temps. Comme pour l'âme, le contrôle de la qualité de leur ajustage et de leur conception peut éviter des surprises.

L'ajustage des chevilles est précis, et de sa qualité va dépendre la bonne tenue des cordes et la facilité à régler la note.

Vous pouvez utiliser du savon de Marseille alterné avec de la craie naturelle pour améliorer leur tenue ou faciliter le frottement sur le cheviller.

La touche

Les cordes et le jeu finissent par entamer le bois de la touche. Les rainures et bosses ainsi formées créent des vibrations parasites. Un redressage de la touche permet d'éliminer ces problèmes et il peut également palier une hauteur de cordes trop importante.

Dans certains cas, le luthier pose une semelle de touche pour compenser une touche trop basse.

Matthieu Péguiron

Luthier

1er Prix Métiers d'Art des Ardennes 2013

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi de 14h à 19h.

 

Les matins et le samedi sur rendez-vous.

 

Contact

Tél : +33 (0)6 16 58 41 34

 

matthieupeguiron.luthier@yahoo.fr

SIRET 794 785 741 00016

Se rendre à l'atelier

4 av. Charles de Gaulle

08000 Charleville-Mézières